Pénalité Google : attention aux domaines sous-loués sur d’autres thématiques

La location de sous-domaines à des marques tierces est une pratique plutôt courante. Toutefois, Google commence à distribuer des pénalités et certains sites perdent alors jusqu’à 40 % de leur trafic. Quelles sont les autres pratiques pénalisées par Google ?

La location de sous-domaine : une zone grise

Aujourd’hui, on constate que les médias pratiquent la location de sous-domaines pour monétiser leurs inventaires et s’offrir un bon SEO. Les acteurs principaux du web (médias et sites de presse) louent donc des sous-domaines ou bien les emploient pour d’autres thématiques.

Pour exempler concrètement cette pratique, imaginons qu’un espace de shopping d’une entreprise sous-loue un nom de domaine, ça donnerait : shopping.nomdusite.com. Par conséquent, pour l’internaute, cela inclut un flou par rapport au réel éditeur, sachant que le partenariat n’est pas toujours indiqué explicitement.

Google commence donc à pénaliser ces sites et certains experts SEO se demandent même si les domaines principaux seront impactés par les pénalités du moteur de recherche. Affaire à suivre.

Quelles sont les principales pratiques pénalisées par Google ?

A vouloir à tout prix optimiser son site, on risque de tomber dans des pratiques peu éthiques et lorsque Google s’en rend compte, il pénalise le site qui perd alors la majorité de son trafic. Avant tout, sachez que dans ce cas, il est préférable de se renseigner sur les prestations d’une Agence spécialisée en référencement. En effet, cette dernière pourra vous soutenir et vous aider à sortir des pénalités et limitant la casse. Voici les trois pénalités les plus connues :

  • Panda : mise en place en 2001, cette sanction vise à détecter les sites de mauvaise qualité et à lutter contre le spam. L’algorithme peut cibler soit le site dans son ensemble, soit uniquement les pages concernées. Si vous recevez une pénalité Panda, c’est que votre site contient trop de contenu dupliqué, qu’il reçoit trop de liens entrants, que le temps de chargement est trop long, que vous avez fait un « bourrage de mots-clés », etc.
  • Pingouin : né en 2012, cette pénalité est centrée sur les liens du site. Elle analyse les ancres des liens et le ratio d’ancres optimisées et non-optimisées, la qualité des backlinks et la durée sur laquelle ils ont été obtenus, etc.
  • Fred : cette sanction concerne principalement le contenu du site. De plus, elle valorise les sites qui proposent un UX efficace. Par conséquent, les sites truffés de publicités, ou les sites qui proposent que du contenu textuel et encore ceux qui ne respectent pas la ligne éditoriale (thématiques d’articles non pertinentes avec le thème principal du site) pourraient être pénalisés.
Ce contenu a été publié dans Google Actualités, Référencement, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *